Liste des chroniques

Jacques Bernier, premier habitant du Cap Saint-Ignace et seigneur du fief Saint-Joseph

Cyril Bernier

Les Bernier descendent de deux souches: l’une de Paris, France, et l’autre de Niort, aux Deux-Sèvres, dans le sud de la France. Celui qui nous intéresse aujourd’hui est Jacques Bernier dit Jean de Paris. Pourquoi le surnom de «Jean de Paris»? Parce qu’il venait de cette ville.

Jacques Bernier est né et a été baptisé à Saint-Germain-l’Auxerrois, à Paris, le 16 novembre 1633, fils d’Yves Bernier et de Michelle Treuillet. Ces derniers se sont mariés à la même paroisse en 1631. Ils ont donné naissance à un autre fils nommé Juchereau Bernier. Yves Bernier, père de Jacques, était procureur (aujourd’hui, juge ou avocat) au Parlement de Paris. Parmi les ancêtres de cette prestigieuse famille d’hommes d’État, on retrouve des noms nobles célèbres comme: François Bernier, né en 1487, seigneur de la Tour, marié à Jeanne de la Cour en 1515; Mathurin Bernier, seigneur de Boisset, marié à Françoise Breton en 1576; Pierre Bernier, écuyer, marié à Marie de La Roche-Beaucourt en 1641; et un autre Pierre Bernier, aussi procureur au Parlement de Paris, inscrit à l’Armorial le 23 juillet 1700.

Cette hiéarchie d’ancêtres laisse deviner sans aucun doute que Jacques Bernier a hérité d’une éducation et d’une instruction privilégiées avant de venir en Nouvelle-France. Si cet homme prestigieux, doué d’une telle intelligence, eut demeuré en son pays, il serait devenu véritablement une célébrité dans le monde professionnel et libéral.

Par déductions logiques, à cause des évènements et des relations privilégiées du nouvel arrivant, on peut affirmer que Jacques Bernier fit son entrée au Canada au soir du 13 octobre 1651, avec son protecteur et tuteur, le gouverneur de Québec, Jean de Lauzon, à bord du bateau Le Saint-Joseph (350 t) dirigé par le capitaine Jean Boucher. (Éric Fortier signale, sur Internet Planète Québec, que trois bateaux venant de France sont arrivés le même jour: le Saint-Joseph, La Vierge et Le Passemoy). Jacques avait alors 18 ans: bien jeune pour s’expatrier. Jean de Lauzon était fonctionnaire au Parlement de Paris. Il connaissait bien la famille Bernier et le potentiel humain de son protégé. Jacques Bernier, mettant le pied sur le sol de la Nouvelle-France, apportait son aristocratie et son érudition qui lui permettront de se hausser au-dessus de la classe moyenne de ses compatriotes.

Jacques Bernier s’est marié solennellement au Palais du gouverneur de Québec, le 23 juillet 1656, avec Antoinette Grenier, de Saint-Laurent de Paris. Il avait 23 ans. Un auteur a cité que c’est l’un des seuls mariages qui fut célébré au château du gouverneur avec le curé Jérôme Lalemant qui s’est déplacé avec son rituel coutumier, sans aucune publication officielle des bans de mariage, et le fidèle Denis Ruette d’Auteuil qui a fait le voyage avec Jean de Lauzon et Jacques Bernier. Ils ont été tous les deux témoins au mariage. Signe évident de la considération très spéciale envers ce fils de notable.

À suivre...

Société de généalogie de Saint-Eustache, membre numéro 17, Cyril Bernier