Liste des chroniques

Le seigneur Noël L’Anglois dit Traversy (2)

Noël Langlois et Françoise Grenier-Garnier eurent quatre garçons: Robert, sans descendance; Jean (1er), qui prend le nom de Boisverdun lors de son mariage en 1665 avec Charlotte-Françoise Bélanger, nom que ses descendants ne semblent pas avoir conservé. Michel, membre de la SGSE, demeure à Deux-Montagnes, et son frère, Jacques, responsable du Service des arts et de la culture de la Ville de Saint-Eustache, en sont des descendants; Jean (2e) dit Saint-Jean marié en 1675 à Marie Cadieu; et Noël2 qui prit le nom de Traversy.

P récisons que Noël2 a épousé la fille de la femme de son père. En fait, Aymée Caron est la fille de Robert Caron et de Marie Crevet, la 2e femme de son père, Noël1!

On aura remarqué que Jean-Claude est descendant d’Aymée Caron, sa première épouse, et que Gisèle est descendante de Marguerite Parant, sa 2e femme.

Noël2 a été baptisé à Beauport le 7 décembre 1651. De son union avec Aymée Caron naissent François en 1673 (Jeanne Baugis: ancêtre de Jean-Claude), Marie-Anne vers 1675 (Jean Côté), Madeleine-Louise en 1680, Agnès en 1682 et Marie-Thérèse en 1684.

Le 25 mai 1677, Louis de Buade, comte de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France, concédait à Noël L’Anglois dit Traversy la seigneurie connue sous le nom de Port-Joli: «Concession de la consistance de deux lieues de terre de front, le long du fleuve St. Laurent, du côté du sud, à commencer depuis les terres qui appartiennent à la Demoiselle Lacombe, en remontant le dit fleuve, jusqu’à la concession de la Demoiselle Geneviève Couillard, avec deux lieues de profondeur». Le défrichement et la colonisation furent lents et en 1683, il n’y avait encore que deux colons sur sa seigneurie: Nicolas Durand et Joseph Caron, son beau-frère.

Noël2 n’a pu garder sa seigneurie. Le 19 novembre 1686, il était forcé de vendre pour dettes à Charles Aubert, Sieur de la Chesnaye, négociant de Québec, ancêtre des de Gaspé.

Aymée meurt le 5 octobre 1685 et le 2 décembre 1686, Noël2 se remarie à Geneviève Parant. De cette union naissent Jean en 1688 (Marie-Madeleine Bisson), Geneviève en 1690 (René Toupin), Noël3 en 1692 (Françoise Niquet: ancêtres de Gisèle) et Louise-Catherine en 1693 (Jean Huppé).

Noël2 Langlois dit Traversy décède le 9 octobre 1693 à Beauport.

Noël3 et Françoise Niquet s’installent à Saint-François-du-Lac et leurs descendants aussi... jusqu’à Émile, le grand-père de Gisèle, qui quitte son «pays» pour Verdun vers 1925.

Le fils de Noël2, François Langlois, épouse à Beauport, le 17 septembre 1696, Jeanne Baugis qui lui donne: Geneviève (1697-1703), Jean-François (1698-1703), Louis-Benjamin (1701), Geneviève (1704), Marie-Thérèse (1706), Jean-François (1708), Noël4 (1711), marié à Marguerite Tomelet, André (1714), Françoise (1717) et Louise-Jeanne (1719).

C’est à Lachine que Noël4 et Marguerite se marient en 1742. Et leur fils Michel se marie à Pointe-Claire en 1769 avec Geneviève Clément-Larivière. Ces derniers vinrent-ils s’installer à Saint-Eustache? De leurs enfants, se marient à Saint-Eustache, Marguerite, le 21 octobre 1783 avec Antoine Lagarde; Marie-Agathe, le 14 janvier 1793 avec Alexis Vaillancourt; François, le 28 janvier 1793 avec Catherine Biroleau; Jean-Baptiste, le 3 mars 1794 avec Marie-Anne Sauvé-Laplante; et Toussaint, le 13 octobre 1794 avec Marie Françoise Daoust.

Les Langlois dit Traversy sont solidement établis à Saint-Eustache. À suivre.

Société de généalogie de Saint-Eustache, membre numéro 90