Liste des chroniques

Jean-Pierre Hammarrenger


Les obligations du censitaire envers le seigneur

Le système seigneurial en vigueur, en 1627, est un mode de division, de distribution et d’occupation de la terre.

La seigneurie des Mille-Îles reçoit pour sa part ses premiers colons permanents en 1740. La France a fait du régime seigneurial canadien un système qui accorde à des entrepreneurs qu’on appelle seigneurs une portion de terre (seigneurie) pour y établir des habitants.

Les seigneurs cèdent à leur tour des parcelles de cette terre (censives) aux colons qui le demandent (censitaires).

Le seigneur a des obligations envers le roi et le censitaire en a envers son seigneur.

Voici à titre d’exemple les obligations qu’avait Guillaume Amringer, (ancêtre des familles Hammarrenger, Marinier et Marrenger de notre région) envers Messire Louis-Eustache-Lambert Dumont, Ecuyer Seigneur des Mille-Îles, qui lui a concédé une terre sise au nord de la rivière du Chicot, en la paroisse de Saint-Eustache, en 1782.

Enfin, l’histoire raconte qu’en général, le seigneur vit bien, qu’il ne surcharge pas ses censitaires et leur fait grâce de nombreuses obligations.

En dépit de ces devoirs, les avantages sont nombreux pour le colon. Il peut, sans capital, se procurer une terre et s’y installer avec sa famille, et cela dans une unité économico-sociale qui lui procure les services essentiels.

(À suivre)

Recherche et texte:
Jean-Pierre Hammarrenger,

Société de généalogie de Saint-Eustache