Liste des chroniques

Godin dit Châtillon

Il se trouve qu’en Bourgogne, en Saône et Loire, avoisinant la Côte-d’Or, on nomme Ville Gaudin une commune de 250 habitants qui a pu fournir un patronyme à des Godin émigrés à Ville-Marie. Ce nom serait d’origine germanique.

Pierre Godin, fils de Claude et de Marie Bardin, est baptisé à l’église Saint-Vorles de Châtillon-sur-Seine en Bourgogne le 29 mai 1630. Il est le petit-fils de Vorles et Brigitte Gouzier.

Comme son père, Pierre, il est charpentier. Sur la demande de M. Paul Chomedey de Maisonneuve, il se joint aux recrues qui arrivent à Montréal, le 16 novembre 1653. Le 2 février 1654, il reçoit une concession à Côte-Saint-Louis (Lachine). Le 13 octobre 1654, il épouse à Notre-Dame de Montréal Jeanne Rousselière, alors âgée de 19 ans, fille de Louis et Isabelle Parisé, de Saintonge.

Arrivée en 1653, Isabelle était sous la tutelle des ursulines.

À cause du travail du charpentier, la famille va demeurer pour un temps à Charlesbourg, puis revient à Côte-Saint-Louis, où Pierre y construit la première chapelle. En 1676, Pierre est assigné pour aller surveiller les travaux de l’érection d’un fort à Port-Royal, en Acadie; la famille se joint à un groupe de colons et va partir en laissant deux filles déjà mariées. Ils vivront comme des nomades avec toutes les privations, et les misères que comporte ce style de vie.

Pierre est décédé en Acadie vers 1685. Au recensement de 1693, Jeanne, sa veuve, se trouve à Beaubassin, remariée à Pierre Martin, lequel est veuf de l’Abénaquise Anne Oxihnorouth.

Laurent Godin dit Châtillon, fils aîné de Pierre et Jeanne, est baptisé à Montréal le 10 août 1655, il a pour parrain Paul Chomedey de Maisonneuve. Vers 1677, il épouse, à Beaubassin, l’Acadienne Anne Guérin. La famille quitte ensuite l’Acadie pour aller vivre à Montréal. En 1714, Laurent et Anne sont à Montmagny où ils enterrent leur fils Charles, âgé de 25 ans, et qui était marié depuis peu. Le 23 janvier 1718 à Lotbinière, c’est la mère Anne Guérin que l’on porte en terre.

Rendu à Montréal, Laurent va s’installer à Saint-Laurent avec son fils Jacques, 26 ans, et sa fille Marguerite, 19 ans. Le 21 juin 1719 à la Pointe-Claire, Laurent épouse Marie Brunet, veuve d’Antoine Pilon.

Notre lignée descendante va se poursuivre avec Jacques qui, le premier septembre 1732, épouse Marie Anne Verdon. Leur fils François épouse, lui aussi à Saint-Laurent, Charlotte Langevin, le 18 avril 1762. Le fils de François, Jacques, prend le nom de Châtillon lorsqu’il épouse Marie-Josephte Guay à Sainte-Geneviève-de-Pierrefonds, le 7 juillet 1788. Plus près de nous, Pierre Godin épouse Josette Grou le 22 avril 1812 à Saint-Laurent.

Mon arrière-grand-père continue la lignée en se mariant à Sainte-Scholastique, le 6 octobre 1844. Puis, Guillaume et ma grand-mère Rose-de-Lima Chalifoux se marient à Sainte-Scholastique, le 3 février 1880. Leurs deux fils se marient eux aussi à Sainte-Scholastique, Joseph, le cadet, avec Blanche Landry le 9 juin 1915: c’est lui qui, en 1932 à la mort de son père, qui va prendre la relève comme sacristain, et qui le sera jusqu’à son décès, en 1955.

Mon père, François-Xavier, qui était peintre décorateur d’église, épouse, en 1917, Clara Rodrigue, puis, en secondes noces, Anna Chalifoux ma mère, le 5 décembre 1923. Mes parents quittent Sainte-Scholastique en 1925 pour aller vivre à Montréal.

Mon frère Jean-Jacques et son épouse Liette Gauthier, qui demeurent à Saint-Eustache, ont six enfants et quatorze petits-enfants, ce sont eux qui vont assurer la continuité de notre lignée de Godin dit Châtillon.

Recherche et texte: Denise Godin Ménard
Société de généalogie de Saint-Eustache