Liste des chroniques

Sarrazin (suite)

Durant le Régime Français, 4 pionniers du nom de SARRAZIN sont venus au pays.

Le premier et celui qui a laissé la descendance la plus nombreuse est Nicolas. Environ 80% des SARRAZIN d’aujourd’hui l’ont pour ancêtre. Nous reviendrons en détail sur sa biographie mais disons pour l’instant qu’il est originaire de Paris et qu’il a épousé à Charlesbourg en 1680 Catherine Blondeau. Une dizaine d’enfants naîtront de cette union.

Michel est le plus connu des SARRAZIN du pays. Il origine de la Bourgogne où il est né en 1659. C’est comme médecin chirurgien des troupes que Michel arrive en Nouvelle-France en 1685. Il sera à la fois naturaliste, médecin en chef du Canada, Conseiller au Conseil Supérieur. Il épouse en 1712 Marie-Anne Hazeur de qui il aura 7 enfants. Une particularité: il avait plusieurs esclaves indiens. Il décède en 1734 à Québec. Aucune descendance ne fera souche ici.

Le troisième pionnier est originaire de Saintonge. Il épouse Marie-Josephte Rennero à Québec en 1738 de qui il aura deux fils. L’un des garçons meurt en bas âge et le second s’unira à Marguerite-Françoise Sylvestre en 1773. Antoine-François, par son seul fils ayant survécu, est l’ancêtre d’environ 20% des SARRAZIN, ceux de la région de St-Cuthbert et Joliette.

Un quatrième SARRAZIN est venu au pays. Étienne est né en 1738 en Saintonge comme Antoine-François. Il épouse Agathe Bourdon en 1760 à Montréal et deux filles seront les fruits de ce mariage. Donc aucun SARRAZIN d’aujourd’hui ne descend d’Étienne.

Les SARRAZIN à Nicolas

Si Antoine-François et sa famille se sont installés d’abord à St-Cuthbert puis ont essaimé dans les environs de Joliette, St-Gabriel-de-Brandon et l’Ile Dupas, les descendants de Nicolas se sont, eux, bien plus étendus géographiquement. C’est dans la région de Québec et plus à l’est qu’a vécu Nicolas. Il habite Montmagny et épouse une fille de Charlesbourg. Il revient demeurer à ce dernier endroit quelques années plus tard. La deuxième génération, elle, s’installe dans la région de Montréal.

En effet, le fils François (90% des SARRAZIN issus de Nicolas en descendent) épouse Madeleine Goulet en 1713 à l’Ange-Gardien puis déménage à l’Ile Jésus (Laval), Lachenaie, Terrebonne où ses enfants naîtront. Un second fils, Nicolas, s’unit à Louise Juillet à Montréal en 1715. Un autre garçon, Thomas (1 % des descendants de Nicolas) se marie avec Agathe Choret à Charlesbourg en 1716 et vient ensuite s’établir à Montréal. Et finalement Pierre-Vital épouse Marguerite Leduc à Montréal en 1717 (9 % des descendants de Nicolas) et donne naissance à la branche des SARRAZIN dit DEPELTEAU.

Donc la famille SARRAZIN a nettement quitté la région de Québec pour venir prendre racine à et aux environs de Montréal. Les générations suivantes iront vers le Nord et l’Ouest pour peupler les Basses-Laurentides (St-Eustache, St-Benoît, Ste-Thérèse, St-Joseph-du-Lac, Oka, St-Jérôme...), Terrebonne (Mascouche, Lachenaie...), les Hautes-Laurentides (Ste-Agathe, l’Annonciation...), l’Outaouais (Grenville, Montebello, Buckingham, Hull, Ottawa...) et même l’ouest et le nord de l’Ontario.

Recherche et texte:
Roland Sarrazin
Société de Généalogie de Saint-Eustache