Liste des chroniques

Des rois parmi nos ancêtres

En faisant leur généalogie, plusieurs d'entre nous réussissent à remonter à un curieux mariage, célébré le 19 octobre 1705 à la paroisse Notre-Dame de Montréal. Le marié était Sébastien Cholet dit Laviolette, né le 7 mars 1677 à Aubigné, en Anjou. La mariée était Anne Heard, née en 1681 dans la colonie de Dover, qui se trouve dans l'actuel New Hampshire, en Nouvelle-Angleterre. Ils auront une fille prénommée Marie-Anne, qui épousera Jean-Baptiste Legault dit Deslauriers en 1726 à Pointe-Claire. Plusieurs Legault et Deslauriers de Pointe-Claire et de Saint-Laurent descendent de leur union.

Ce qu'il y a de curieux, c'est le parcours d'Anne Heard, d'origine américaine. Le 25 janvier 1692, alors âgée de onze ans, elle est enlevée par les Iroquois de la tribu des loups, lors d'une attaque du village de York, en Nouvelle-Angleterre. Elle est amenée dans la région de Montréal par les amérindiens qui la revendent à Pierre Prud'homme, un maître-armurier de Montréal. Celui-ci la fait baptiser le 10 avril 1694 à la paroisse Notre-Dame, puis l'emploie comme servante.

Mais dans sa colonie d'origine, Anne n'était pas que la fille d'un simple colon. Par sa mère, elle était la petite-fille de Thomas Roberts, gouverneur de Dover, issu d'une noble famille du Kent, en Angleterre. Son arrière-grand-père Sir Thomas Roberts, baronet, né en 1559, était le seigneur de Glassenbury, dans le comté de Kent, à l'extrème Sud-Est de l'Angleterre. Le manoir de Glassenbury, résidence de la famille, existe d'ailleurs toujours.



Le manoir de Glassenbury (Kent, Angleterre), érigé en 1475 avec les matériaux du manoir antérieur. La façade georgienne a été ajoutée en 1730. Le site a été restauré dans les années 1950.

Le dernier Roberts, Malcolm, est décédé au manoir en 1940, terminant 700 ans d'occupation des manoirs de Glassenbury successifs par cette famille. Les écuries du manoir ont abrité des chevaux célèbres. C'est là que Jaffa, le cheval que Napoléon chevauchait à Waterloo a vécu ses derniers jours... En 1999, le manoir était en vente pour près de 20 millions de dollars!

Alors que la généalogie des paysans et des travailleurs ne peut que rarement être établie avant le milieu des années 1500, lorsque l'usage des registres paroissiaux a été rendu obligatoire, la généalogie des nobles est plus facile. De nombreux registres, appelés «nobiliaires» étaient tenus pour ces gens, afin d'établir la noblesse de leurs origines. C'est ainsi qu'il est possible de remonter, pour certains des ascendants d'Anne Heard, jusqu'à l'an 500 de notre ère.

Parmi ses ancêtres d'intérêt, on retrouve Sir Robert Goushill, un chevalier né en 1350 qui avait épousé Élizabeth Fitzalan, duchesse de Norfolk. L'arrière-grand-mère de cette dernière était Élizabeth Plantagenet, née en 1282, fille d'Édouard Premier, roi d'Angleterre. On trouve aussi parmi ses ancêtres Robert d'Artois, Blanche de Castille, Isabelle d'Angoulême, Philippe-Auguste, roi de France, et Guillaume le Conquérant. Le plus loin que l'on puisse remonter grâce aux «Chroniques Anglo-Saxonnes», un recueil de généalogie royale des débuts du Moyen-Âge, est à Cédric, roi des Saxons, né avant l'an 480.



Tombeau de Sir Robert Goushill et de son épouse, Elizabeth Fitzalan, duchesse de Norfolk (c.1366-1425), dans l'église de Hoveringham, Nottinghamshire.

Évidemment, il demeure des incertitudes quant à toute cette filiation. Les nobiliaires sont-ils tout à fait exacts? Certains n'ont-ils pas tenté de s'arroger une parenté plus noble que la réalité n'en fournissait? Peut-être un jour l'analyse de l'ADN des descendants nous permettra de répondre à toutes ces questions. Mais d'ici là, si vous trouvez parmi vos ancêtres le couple formé par Jean-Baptiste Legault dit Deslauriers et Marie-Anne Cholet dit Laviolette, mariés en 1726 à Pointe-Claire, alors peut-être un peu de sang bleu coule-t-il en vos veines!

Recherche et texte:
Marc-Gabriel Vallières
Société de Généalogie de Saint-Eustache

Quelques références: