Liste des chroniques

HISTOIRE DE NOS FAMILLES

La généalogie: une passion à votre portée

Vous êtes-vous déjà demandé quelles étaient vos origines? Vous savez qu’il est tout à fait possible de satisfaire votre curiosité. Oh! J’entends vos objections: ça demande des connaissances spéciales, il faut être calé en histoire... Et si vous étiez dans l’erreur? Et si la généalogie était à votre portée, ne requérant que votre intérêt et votre détermination?

Remarquez que, tout comme vous, j’ai eu mes craintes et mes hésitations. Tout en aimant l’histoire, je ne suis nullement historienne. La seule fois où j’avais tenu un registre dans mes mains remontait à mon mariage et, croyez-moi, mes préoccupations étaient loin d’être historiques à ce moment-là! Mais il faut croire que ma motivation était plus forte que ma réticence, car j’ai foncé, innocente et ignorante, en me disant que je n’avais rien à perdre à m’essayer à la généalogie.

Les gens de la Société de généalogie de Saint-Eustache ont démystifié mes peurs et mes scrupules; ils sont patients et heureux de partager leur savoir. Car, il faut bien le dire, la généalogie est aussi affaire de partage: partage des connaissances, des découvertes, des déceptions et des victoires.

J’ai commencé par établir mon ascendance directe, de fils en pères, jusqu’en Aunis, province de France d’où les Charbonneau sont originaires. Ce processus s’est déroulé aisément. En fait, la généalogie m’apprivoisait pendant que j’apprivoisais la manipulation des registres qui, soit dit en passant, ne sont pas aussi redoutables qu’ils en ont l’air. La première étape de la démarche généalogique ainsi franchie, j’ai demandé: «Et maintenant?»... car déjà j’en voulais plus... On m’a répondu: «Fais ton éventail.»

L’éventail est le tableau de tous nos ancêtres, ces 1 700 et quelques hommes et femmes qui constituent nos antécédents et sans lesquels nous ne serions pas là. Je sais, cela semble décourageant, mais il n’en est rien; dans le feu de l’action, on en retire un plaisir vif et réel. C’est un peu comme un voyage en Europe: une multitude de noms, de dates, d’endroits qui nous laissent étonnés, admiratifs, comblés devant tant de diversités... mais aussi un peu essoufflés, perdus et vaguement insatisfaits quand tout est terminé.

C’est que nous voilà à l’étape de la recherche historique, point culminant de la généalogie, nous invitant dans l’univers de nos ancêtres et nous faisant découvrir différents aspects de leur vie en les situant dans une époque, un lieu et un contexte particuliers. Et c’est à ce stade que, mine de rien, nous nous surprenons à ressentir une certaine affection envers ces êtres auxquels on peut prêter un visage, un sourire; c’est à ce stade aussi qu’une sincère émotion nous saisit à retrouver, pas à pas, leurs traces dans les sources variées mises à notre disposition. Qu’ils aient été nobles ou paysans, qu’ils aient pu signer ou qu’ils n’aient pu tracer qu’un «X» maladroit, peu importe; une immense fierté nous submerge, fierté faite de tendresse et d’admiration.

Ne laissez pas passer cette chance qui est à votre portée de connaître ces ancêtres qui vous ont laissé la vie en héritage. Cédez à votre impulsion de faire de la généalogie, peu importe votre âge, votre formation, votre métier et votre état. La généalogie est sans préjugés et sans frontières. Mais méfiez-vous: ce simple passe-temps pourrait bien devenir une passion!

Ginette Charbonneau

La Société de généalogie de Saint-Eustache vous offre une autre série de cours d’initiation à la généalogie pour janvier 2001. Quelques places sont encore disponibles. Pour toute information, composez le 974-5164.