Liste des chroniques

Les maisons d'ancêtres:
16. La maison Moreau

La maison qui abrite aujourd'hui les journaux L'Éveil et La Concorde, au 53 de la rue Saint-Eustache, a une double histoire. Son terrain tout d'abord possède ses propres souvenirs, vieux de plus de 200 ans. L'immeuble, quant à lui, a vu le jour dans le premier quart du présent siècle plus à l'ouest, sur la rue Saint-Eustache, avant d'être déménagé sur son site actuel.

C'est en 1781 que Louis-Eustache Lambert-Dumont, seigneur des Mille-Îles, concède un terrain à Pierre Girard. Celui-ci est un ancien cultivateur qui vient finir ses jours au village, après avoir quitté sa terre. Douze ans plus tard, Girard fait son testament et lègue le terrain et la maison qu'il y a construite à Pierre Biroleau dit Lafleur. Fils de Jean Biroleau, Pierre Biroleau a été élevé jusqu'à l'âge de quinze ans par Pierre Girard et son épouse Marguerite Danis. Girard met cependant une condition à ce don: lorsqu'elle sera devenue veuve, son épouse devra pouvoir continuer à habiter la maison jusqu'à sa mort.

En 1805, Marguerite Danis, veuve de Pierre Girard, ne peut plus subvenir seule à ses besoins. Elle cède donc la maison immédiatement à Pierre Biroleau dit Lafleur, à la condition qu'il prenne soin d'elle jusqu'à sa mort. Biroleau avait épousé en premières noces Thérèse Debien à la paroisse de Saint-Eustache en 1797. Quelques années plus tard, soit en 1809, Biroleau vend le terrain et la maison qui s'y trouve toujours à Jean-Baptiste Clément. Plusieurs autres propriétaires se succèdent par la suite, dont François Rochon.

En 1828, tout ce côté de la rue Saint-Eustache, entre les rues Lapointe et Lemay est occupé par sept petites maisons de bois de type québécois. En 1837, durant la bataille du 14 décembre, elles sont toutes incendiées. En 1848, selon un plan de l'arpenteur Féré, une nouvelle maison de bois occupe le lot.

L'immeuble actuel quant à lui, vaste résidence de briques brunes, a d'abord été érigé plus à l'ouest sur la rue Saint-Eustache, là où se trouve aujourd'hui le stationnement de la Banque Nationale. C'est le docteur Émile Moreau, qui le fait construire en 1922 par l'entrepreneur Eugène Duquette, pour lui servir de résidence. En 1930, la maison carrée à l'origine est agrandie vers l'arrière.

Arrivé à Saint-Eustache vers 1911, le docteur Moreau soigne les eustachoises et les eustachois jusqu'en 1936, année où il se retire de sa pratique. Il ne peut cependant pas profiter très longtemps de sa retraite puisqu'il décède en 1939, âgé d'à peine 55 ans. Sa famille a continué à habiter la maison jusqu'au début des années 70.

C'est à ce moment que monsieur Jean-Claude Langlois, président du Groupe JCL Inc., en fait l'acquisition, la déménage sur son site actuel et la transforme en bureaux pour son entreprise de presse. Ce déménagement, même s'il ne s'effectuait que sur quelques centaines de pieds, a constitué toute une épopée sur la rue Saint-Eustache, considérant les dimensions de la maison. Avec ses voisines les deux maisons Lahaie, cette maison donne à cette section du vieux Saint-Eustache un style bien particulier, qui évoque fièrement les années 1920-1930.

Recherche et texte: Marc-Gabriel Vallières
Société de Généalogie de Saint-Eustache