Liste des chroniques

HISTOIRE DE NOS FAMILLES

Landry

Mathurin Landry, maître tailleur d’habits, marie à La Ventrouze, au Perche, le 8 novembre 1620, Damiane Desavis. Mathurin est originaire de Neuilli-sur-Eure et Damiane, de La Ventrouze. De cette union, un premier enfant est né, il reçoit, lors de son baptême, le 23 février 1623, le prénom de Guillaume.

Mathurin arrive ici, en Nouvelle-France, en 1643, comme serviteur des Jésuites, plusieurs années avant son fils. Le 16 juillet 1643, il est parrain de Mathurin Pouaouagan. C’est le père Jean de Bréboeuf qui administre le baptême et, le 29 juillet suivant, il est aussi parrain d’un autre petit amérindien appelé Mathurin, fils de Jean Pachirinich et de Françoise Pakintemdamages. Cette fois, c’est Paul Lejeune, S.J., le fondateur de la mission de Trois-Rivières qui baptise le petit Amérindien. Dans les registres de Trois-Rivières, on en retrouve les preuves. Mathurin retourne en France, probablement la même année. Était-il venu en Amérique comme éclaireur pour son fils ? Était-ce bien le Mathurin Landry, père de Guillaume ? Tout porte à croire que oui, mais...

Guillaume, fils de Mathurin et de Damiane, est la première génération des Landry et notre ancêtre, ici en Amérique. On le retrouve à Québec, très tôt , au printemps 1656, avec son ami Robert Gagnon, chez Charles de Lauzon, devant le notaire François Badeau, pour l’obtention de leur concession à l’Île d’Orléans. Guillaume obtient trois arpents de front sur le fleuve Saint-Laurent. Comme il paie " chaque jour et feste St- Remy, chef d’octobre, pour chacun desdits arpents de front ", Guillaume Landry peut vivre à cet endroit en tant que propriétaire et a même le droit de pêcher dans le fleuve face à sa terre. A cette, époque quelle richesse !

Guillaume contracte mariage, le dimanche  24 août 1659, devant le notaire Audouart, avec Gabrielle Barré, fille de Jacques et de Judith Dussaut. C’est le 14 octobre qu’il l’épouse à Québec. Trois enfants naissent de cette union : Barthelemi, Claude et Marguerite. Un mois après son mariage, il paie au matelot Labrecque 50 livres de compensation pour avoir fait échouer sa promesse de mariage avec Gabrielle Barré, car elle devait se marier avec ce matelot. Le 11 juin 1666, il vend sa terre au bord du fleuve à Mathurin Chabot pour 55 livres.

Au recensement de 1681, il habite Sainte-Famille de l’Île d’Orléans et possède quatre bêtes à cornes et quinze arpents de terre en valeur.

Son épouse, Gabrielle Barré, décède à Sainte-Famille le 4 juillet 1688 et y est inhumée. Guillaume, peu de temps après s’être donné à ses deux enfants, Marguerite et Claude, Barthélemi étant décédé plus tôt, suit son épouse le 8 janvier 1689 et est inhumé au même endroit.

La deuxième génération des Landry voit Claude épouser à Sainte-Famille, le 17 août 1688, Angelique Verrieul. Son fils, Joseph, convole en juste noce avec Madeleine Giroux, fille de Jean et de Suzanne Bellenger, à Beauport, le 9 janvier 1728. A  la quatrième génération, Jean-Baptiste épouse en la paroisse de La Nativité de Notre-Dame de Beauport, le 21 septembre 1761, Elisabeth Vallé, fille de Charles et de Geneviève Creste.

Nous verrons la semaine prochaine que les autres générations verront le jour dans notre région et y demeureront. A suivre

Source : Nos Racine # 10
Recherche et texte : Claude Latour
Société de généalogie de Saint-Eustache
www.linfonet.com/gene/accueil.html