Liste des chroniques

HISTOIRE DE NOS FAMILLES

Lambert Aubin dit Champagne

Selon Nos racines, la grande famille Lambert qui se subdivise sous les surnoms de Dumont, Champagne, Aubin et Sainte-Famille est issue de plusieurs pionniers d’origine française qui ont immigré en Nouvelle-France au XVIIIe siècle. Le plus connu d’entre eux est Eustache Lambert qui est très près des jésuites, les biens matériels ne semblent pas l’intéresser. Il épouse en 1656 Marie Laurancé, dont on ne connaît que le nom. Trois enfants naissent de cette union; Gabriel, Eustache, connu sous le nom de Lambert Dumont, et Marie-Madeleine. Eustache Lambert Dumont décède à Québec au mois de juillet 1673.

Le deuxième Lambert à immigrer en Nouvelle-France est Pierre. Il est engagé en France, en 1663, mais meurt assassiné en octobre de la même année sans laisser de descendants. Un autre Pierre Lambert arrive au Québec, il épouse Marie Normand avec qui il a de nombreux enfants. C’est l’une des familles pionnières de Saint-Antoine-de-Tilly.

Le troisième et celui qui nous intéresse aujourd’hui est Lambert Aubin dit Champagne. Il naît dans un petit village appelé Saint-Aubin de Tourouvre, au Perche, le 30 juin 1632; il est le fils d’Odoard Lambert et de Jacqueline Feillard. Il passe un contrat de mariage devant le notaire Becquet, le 4 septembre 1670, avec Élisabeth Aubert, fille de feu Michel Aubert et de Jeanne Aubert habitant la paroisse de Saint-Sulpice de Paris. La célébration du mariage a lieu à Québec le 11 décembre 1670. De cette union naissent dix enfants mais il faut ajouter à ce compte un autre enfant nommé Michel qui épouse, le 24 novembre 1708, Louise-Catherine Grenier (Garnier).

Lambert Aubin dit Champagne est arrivé en Nouvelle-France avant 1662, puisqu’en 1663, il occupe une terre de deux arpents de front à Château-Richer puis, fait un échange avec Jacques Goulet dans la seigneurie de Maure, à Cap-Rouge, où on le retrouve en septembre 1668.

Lambert Aubin loue, achète, échange des terres, passe des contrats pour coupe de bois, pour la fourniture de bois de sciage. Le 17 avril 1689, il se fixe sur la Côte de Lauzon. Au mois de janvier 1693, il doit livrer à l’Intendant trois mille pieds de bordage de pin de trente pieds de long par un pied de largeur et un pouce d’épaisseur et deux cents madriers de dix pieds de long par neuf pouces de largeur et deux pouces d’épaisseur.

Selon un acte signé le 7 mars 1713, Aubin Lambert (83 ans) fait un dépôt d’abandon de sa terre dans la paroisse Saint-Nicolas puis s’éteint au même endroit où il y est inhumé, le 4 avril de la même année.

À la deuxième génération, Jean Lambert Aubin épouse à Québec Marie-Anne Houde puis, son fils, Jean-Baptiste Lambert, épouse à Québec Marguerite Boucher. C’est Joseph, de la quatrième génération, qui prendra le patronyme de Aubin. Il épouse à Saint-Vincent-de-Paul, le 2 octobre 1775, Josephte Hotte, fille de Simon et de Marguerite Paquet. Dans les générations qui suivent, les Aubin s’allient aux Faneuf, Chartrand, Deschambault et Lebeau.

Hervé Aubin, de la neuvième génération, est cultivateur et menuisier. Il épouse à Saint-Janvier, le 25 octobre 1945, Jacqueline Labelle, fille de Donat et de Bertha Lebeau. Hervé est le sixième d’une famille de douze enfants.

Sa fille Lise, de la dixième génération, épouse à Saint-Janvier, le 5 décembre 1970, Claude Rhéaume, fils de Gustave et de Jeanne Éthier. C’est en septembre 1975 que la famille arrive à Saint-Eustache. Grande bénévole, elle donne de son temps dans plusieurs mouvements de notre région. Elle est, entre autres, présidente de la Société des artisans de Saint-Eustache.

Sources: Nos racines, Michel Langlois et la famille Aubin

Claude Latour
www.linfonet.com/gene/accueil/html