Liste des chroniques

HISTOIRE DE NOS FAMILLES

Houde

Au mois de janvier 1994, Serge Desrochers, orienté par le généalogiste André Denis, tous deux de notre région, effectue ses premières recherches généalogiques afin de retrouver ses ancêtres. Ses travaux commencent au Archives nationales du Québec à Montréal, puis il se rend, accompagné de son épouse, à Nogent le Rotrou et à Manou en Perche, France, lieu d’origine de son ancêtre, Luis Houde. La rue principale du village porte le nom de celui-ci, qui est de plus gravé sur une plaque commémorative, à l’intérieur de l’église, qui nous rappelle le courage de ce pionnier en Nouvelle-France. Beaucoup de documents d’archives sont détruits durant la Deuxième Grande Guerre, mais Serge reçoit là-bas la collaboration d’une dame Duflos, française, qui effectue elle-même des recherches sur le même ancêtre.

Louis Houde est né à Manou, diocèse de Chartres, au Perche, en Eure-et-Loir, en 1617. Il est le fils de Noël Houde et d’Anne Lefevre. Il arrive en Nouvelle-France en 1647, sur un vaisseau, accompagné de Nicolas Marsolet, un compatriote de Robert Giffard, mais surtout de colons ou d’ouvriers. Durant la traversée, un nommé Charles Gorre abuse de l’eau de vie; en état d’ébriété, il en exige davantage. Le père Quen, présent avec Marsolet, refuse de lui en donner. Fou de rage, Gorre jette la bouteille vide et son bonnet sur le pont et saute par-dessus bord sans que personne ne puisse l’empêcher. Rendu à Tadoussac, un procès-verbal est rédigé par un nommé Lacoustre qui est garde-note de l’endroit. Ce document est conservé aux Archives de Québec et porte la signature des témoins de l’évènement, le père de Quen, Marsolet et Louis Houde.

Dès son arrivée, il est au service de la famille du seigneur Noël Juchereau de Chastellées et il y reste plus de trois ans puis, il achète une terre à Saint-Augustin, à la sortie de Québec. Cette terre est accessible par une route qui devient plus tard la Grande-Allée.

C’est dans la maison du père de la mariée que se déroule, le 12 janvier 1655, à Château-Richer, le mariage de Louis Houde et de Madeleine Boucher, âgée de 14 ans. Elle est la fille de Marin Boucher et de Perrine Mallet. Dans les années qui suivent, Louis achète de nouvelles terres sur la Côte de Beaupré et dans la seigneurie de Lirec, sur l’île d’Orléans. C’est à Sainte-Famille que naissent treize de leurs quatorze enfants dont neuf fils qui lui assurent une descendance.

En 1682, Louis et sa famille déménagent à Sainte-Croix de Lotbinière, sur un domaine acquis des Ursulines, qui fait neuf arpents de front sur le fleuve Saint-Laurent, pour y installer ses enfants devenus adultes. Selon l’endroit où ils s’établissent sur le domaine, le patronyme Houde devient Houde des Rochers, Houde des Ruisseaux et Houde Belle Feuille et avec le temps, Desrochers, Desruisseaux et Belle Feuille. Un petit fils de l’ancêtre Louis Houde se fixe à la Baie du Fèvre, dans le diocèse de Nicolet, à la fin du XVIIIe siècle et prend le nom de Houle.

Après avoir établi ses fils, il donne un terrain pour la construction de l’église de Sainte-Croix et reçoit, en retour, dans celle-ci, un banc à perpétuité de monseigneur de Laval.

Entouré de son immense famille, le patriarche s’éteint en 1712 à l’âge de 95 ans, croit-on généralement, car aucun document ne le prouve.

Si votre nom est Houde, Houle, Desrochers, Desruisseaux ou Belle Feuille et de Belle Feuille, il est fort possible que votre ancêtre soit Louis Houde, originaire de Manou, diocèse de Chartres, au Perche, qui épouse à Château-Richer, le 12 janvier 1655, Madeleine Boucher.

Claude Latour,
Société de généalogie de Saint-Eustache