Liste des chroniques

HISTOIRE DE NOS FAMILLES

Mémoires

Hélène Gélinas

La généalogie nous permet de retracer nos racines. Mais, qu’est-ce que des noms qui défilent sans âme et sans émotion? J’aurais aimé connaître les beautés du coeur, les petits travers et les pensées de chacun de mes aïeux. Hélas, le sommeil éternel enveloppe désormais leurs histoires d’un halo de mystère.

Parfois, de vieilles photos sont les témoins des générations qui nous ont précédés. Ces quelques secondes de leur vie fixées sur la pellicule d’un photographe nous permettent une brève incursion dans leur passé. L’arrière-plan, les vêtements et autres détails relevés par l’investigation donnent des indices quand au niveau de fortune, mode de vie ou habitudes des personnes représentées. Un regard posé sur le portrait d’un ancêtre soulève nombre de questions. Plusieurs d’entre elles sont à jamais restées sans réponse parce que nous n’avons pas su profiter des moments passés en famille pour demander à nos proches de nous révéler leurs souvenirs. Qui est-ce? Quelle était leur vie? (...)

À l’aube de l’an 2000, je vous propose donc de sortir de la poussière vos albums de photos, les diapositives et le projecteur. Pendant la période des Fêtes, réunissez deux ou trois générations afin de parler de vous et de vos aïeux. Sur le fond d’une trame sonore, passant par une gamme d’émotions, les plus jeunes découvriront l’histoire de leur famille. Ces instants de nostalgie et de rire feront longtemps écho dans le coeur de vos enfants et de vos petits-enfants. Les clichés de leurs ancêtres ne seront plus seulement des images muettes précieusement conservées, car des souvenirs y seront attachés.

Pour préserver à jamais de l’oubli le passé, écrivez vos mémoires. Laissez en héritage votre histoire afin que les générations futures ne se heurtent pas un jour à l’ignorance. Vos descendants auront la chance de faire fi de la barrière des années et de découvrir une vie simple, qui aura plus de valeur à leurs yeux que celle de rois et des reines... la vôtre. À chaque âge, des instants précieux marquent notre existence. Le passage du temps les effacera si nous ne prenons pas un moment d’arrêt pour les inscrire dans un cahier. Plusieurs parents, durant la première année de leur enfant, consignent dans un livre des renseignements sur l’évolution de leur poupon. Par la suite, ils interrompent souvent l’écriture de ces «mémoires». Ce sont des moments cocasses et des émotions que nous pourrions un jour partager avec lui mais qui se dirigent vers le chemin de l’oubli. Il n’y a pas d’âge pour écrire ses mémoires. Inexorablement, les années passent et, un jour, il est trop tard. Alors, prenez note dès aujourd’hui de vos souvenirs pendant qu’ils sont encore vifs à votre esprit.

Le temps suspend son cours. Je me rappelle d’une chanson que mon père fredonnait, de l’odeur d’un plat mijoté, des jeux avec mon frère, d’un arbre à l’ombre duquel j’aimais me reposer... Partez à la recherche de tous les documents, objets, odeurs ou bruits qui vous ouvrent la porte des réminiscences. Pour vous aider à réveiller vos souvenirs et à rédiger votre autobiographie, je vous suggère L’histoire la plus importante au monde... la vôtre, un questionnaire personnalisé, et Écrivez vos mémoires (S. Liechtele et R. Deschênes), un ouvrage qui prodigue des conseils aux mémorialistes débutants.

En cette période de l’année propice aux échanges et aux rencontres avec des membres de votre famille élargie, dressez une liste de questions et ayez toujours à portée de main un carnet et un crayon. Un oncle ou une cousine peuvent être de précieux alliés dans la reconstitution de votre histoire familiale. Joyeuses Fêtes!

Hélène Gélinas,
Société de généalogie
de Saint-Eustache
103, rue de Bellefeuille.
www.linfonet.com/gene/accueil.html