Liste des chroniques

HISTOIRE DE NOS FAMILLES

La généalogie: un loisir, une passion

Hélène Gélinas

À partir de 1960, la généalogie connaît un développement considérable au Québec. La production intensive de répertoires de mariage ne serait pas étrangère à la multiplication du nombre de généalogistes amateurs. La production et la diffusion d’instruments de recherche nombreux contribuent à maintenir l’enthousiasme des chercheurs qui s’amenuiserait rapidement en l’absence des répertoires. Ces derniers réduisent considérablement la difficulté et la durée de l’enquête généalogique. Actuellement, le Québec compte quelques dizaines de milliers d’hommes et de femmes pour qui la recherche des ancêtres est un loisir.

Vous voulez remonter dans le temps à la recherche de votre ascendance? En interrogeant les membres de votre famille ou en faisant appel à votre mémoire, vous trouverez facilement les noms de vos aïeuls sur deux ou trois générations. Dans un deuxième temps, par le biais des registres paroissiaux, vous pouvez retrouver leur certificat de mariage sur lequel figurent normalement les noms des parents des deux époux. Ensuite, avec un peu de patience, vous parviendrez à établir votre lignée paternelle (celle du patronyme) pour remonter jusqu’au premier ancêtre, le plus souvent arrivé de France.

La généalogie d’une personne s’établit sur des preuves. Au Québec, les registres paroissiaux constituent la source de preuve la plus adéquate des évènements et des liens de parenté. La tenue et la conservation des registres d’état civil permettent de pouvoir retracer sa filiation jusqu’à ses origines en Amérique pendant près de trois siècles. Tout au long de votre enquête, les instruments de recherche tels les répertoires de mariage et les dictionnaires généalogiques sont là pour vous faciliter la tâche.

La généalogie vous intéresse? C’est un loisir qui demande peu d’investissement. Pour commencer, du papier et un crayon seront vos seules dépenses. Alors, pourquoi ne pas essayer? C’est à la portée de tous! J’ai commencé comme ça il y a une décennie à rechercher mes ancêtres. À trente ans, la généalogie est ma passion. La reconstitution de mon arbre généalogique est un défi que je suis prête à relever. Prochaine étape: m’attaquer aux archives notariales dans le but d’écrire l’histoire de ma famille.

La Société de généalogie de Saint-Eustache est un organisme sans but lucratif fondé et incorporé en 1997, elle regroupe déjà quelque 170 membres. En octobre 1999 et en janvier 2000, des cours d’initiation à la généalogie vous seront offerts. En tout temps, quarante bénévoles et collaborateurs sont à votre disposition pour vous aider et répondre à vos questions. Notez que la Société possède, dans son Centre de recherche, les répertoires de mariage de plusieurs villes et villages du Québec, alors, vous ne devez pas obligatoirement être originaire de la localité pour débuter vos recherches généalogiques. Pour connaître l’endroit et les heures d’ouverture, suivez les annonces dans notre hebdomadaire local L’ÉVEIL.

Hélène Gélinas,
S ociété de généalogie de Saint-Eustache,

103, rue de Bellefeuille,
Saint-Eustache (Québec) J7R 2K5,

974-5164
http://www.linfonet.com/gene/accueil.html