Liste des chroniques

Histoire de nos familles

Costé - Côté (suite)

Monique Gauthier

Jean Costé, de parents inconnus, probablement originaire de Mortagne au Perche, dès son arrivée en Nouvelle France, travaille sur la seigneurie de Robert Giffard. Il épouse à Québec, le 17 novembre 1635, Anne Martin, aussi de parents inconnus. Jean Costé décède le 27 mars 1661 et est inhumé le lendemain à Québec. Il laisse sa femme et sept des huit enfants qu’elle a mis au monde. Ces enfants, cinq garçons et deux filles, sont revenus vivre à Beauport. Le recensement de 1666 et celui de 1667 nous les montrent en compagnie de leur mère. Anne décède le 4 décembre 1684 à l’âge de 80 ans. À la première génération, les Costé sont alliés aux Langlois, Pagé, Soumande, Verdon Gratton, Couture et Grignon.

À la deuxième génération, Jean Baptiste épouse à Saint-Pierre de l’île d’Orléans, le 24 octobre 1695, Françoise Charlotte Choret, fille de Joseph et d’Anne Loignon.

La troisième génération voit Jean épouser à Cap Saint-Ignace, le 17 juillet 1720, Geneviève Bernier, fille de Jean-Baptiste et de Geneviève Caron.

Pierre, de la quatrième génération, épouse à Trois-Pistoles, le 15 mai 1769, Marie Élisabeth-Isabelle Côté, fille de Basile et de Marie-Agnès Lepage.

À la cinquième génération, André épouse à Rimouski, le 27 janvier 1801, Claire Ruest, fille de Joseph et de Hélène Lavoye.

Alexandre, de la sixième génération, épouse à Rimouski, le 11 janvier 1831, Marguerite Langlois, fille de Jean-Baptiste et de Marie-Louise Parent.

La septième génération voit André épouser à Le Bic, le 4 avril 1853, Thérèse Gagnier, fille d’Augustin et de Thérèse Robin.

C’est la huitième génération qui se rapproche de notre région. Alphonse épouse à Saint-Henri de Montréal, le 17 janvier 1882, Arthémise Bélec, fille d’Eusèbe et d’Arthémise Paquette.

Puis, Ernest épouse à Saint-Joseph de Montréal, le 7 avril 1920, Odila Lamoureux, fille de Félix et de Marcelline Filiatrault. C’est la neuvième génération. Trois enfants naissent de cette union: René (Thérèse Laliberté), qui est monteur de ligne, Fernand (Madeleine Tourangeau) travaille chez David Lord, puis Roger, que tout le monde appelle «Jos».

Roger (Jos) est né le 18 décembre 1921. Il épouse à Saint-Eustache, le 5 novembre 1942, Berthe Brunette, fille de Donat Brunette et de Marie-Rose Thibault.

Berthe, qui est née à Saint-Eustache-sur-le-Lac (ville de Deux-Montagnes), le 16 octobre 1923, déménage à Saint-Eustache à l’âge de 17 ans. Elle rencontre Roger, qui lui vient de Montréal, car ses parents étant décédés jeunes, il habite chez une tante.

Homme de caractère, il passera 43 années de sa vie à l’emploi des Carl Moisan père et fils, présidents d’une entreprise appelée à l’époque «Standard Paper Box». Roger y cumule plusieurs fonctions, en plus d’être chauffeur privé. Bon sportif à ses heures, il est entraîneur de hockey pour les jeunes sur les patinoires extérieures puis pour la Ligue du vieux poêle les vendredis soir, à l’aréna Saint-Eustache. Il pratique aussi le golf, la chasse et la pêche. Un homme aimé de tous.

Les enfants de Roger et de Berthe: Jean (Diane Gauthier), Diane (Alfred Prévost) et Carole (Roch Lalonde).

Carole est au service de nos hebdos locaux depuis plus de 29 ans. Elle a gravi les échelons pour occuper aujourd’hui le poste de codirectrice générale. Il semble encore aujourd’hui que Côté et Langlois travaillent facilement ensemble, tout comme leurs ancêtres l’on fait au début de la colonie.

Recherche: Monique Gauthier
Claude Latour,

1 03, rue de Bellefeuille,
Saint-Eustache

http://www.linfonet.com/gene/accueil.html