Liste des chroniques

Éthier

HISTOIRE DE NOS FAMILLES

Léonard Esthier, âgé de 27 ans, natif de Saint-Martial de Manot (Charente), épouse à Montréal, le 22 septembre 1670 (cont. Besset), Élisabeth Godillon.

Un de leur fils, prénommé Joseph, épouse à Saint-François-de-Sales, le 28 novembre 1713, Angélique Labelle, fille de Guillaume et d’Anne Charbonneau, probablement la fille du voisin, car souvenez-vous qu’à cette époque, il n’y a que quatre familles à l’extrémité est de l’île Jésus, soit les Charbonneau, Labelle, Buisson et Esthier. À la troisième génération, Claude épouse, le 15 septembre 1749, Geneviève Beauchamp, fille de Pierre et de Geneviève Rochon. Puis, son fils Joseph épouse à Saint-François-de-Sales, le 7 juillet 1775, Marguerite Charbonneau, fille de Joseph et d’Élisabeth Vandandaigne.

Le premier à habiter au nord de la rivière des Mille Îles est André. Il épouse à Terrebonne, le 12 février 1811, Marguerite Sureau, fille de Jean-Baptiste et de Marie-Thérèse Marié. André, fils d’André de la sixième génération, est le premier à arriver dans notre région. Il épouse à Saint-Eustache, le 23 février 1835, Catherine Rochon, fille de Jacques et de Marie-Anne Grignon. Leur fils, Napoléon Éthier, épouse à Sainte-Monique, le 25 octobre 1882, Delphine Desjardins, fille de Joseph et de Domitille Gratton. Onze enfants naissent de cette union: Joseph-Napoléon, Alphonsine, Georgiana, Joseph, Aldéric, Abondius, Oscar, Rose, Régina, Albert et Henri.

Abondius Éthier, de la huitième génération, est né à Sainte-Monique, il est le sixième enfant de la famille. Il épouse en premières noces, à Saint-Janvier, le 2 octobre 1918, Léontine Lebeau, fille de Moïse et de Paulexine Piché. Puis, il achète une terre au même endroit. Huit enfants naissent de cette union: Lucien (1919-1997) Simone Rhéaume (Paul et Diane Labelle). Jeanne (1920) Gustave Rhéaume (Arthur et Ada Bélisle). Zénon (1922) Jeannine Thibodeau (Nepthalie et Anna Gauthier). Ernest (1923) Cécile Leduc (Albert et Ida Charbonneau), Lucille Ladouceur (Henri et Priscille Lefebvre). Berthe (1925), Louis-Georges Rhéaume (Arthur et Ada Bélisle). Jean-Paul (1926), Denise Thérien (Gaétan et Lucienne Bélisle). Flore (1928), Rosaire Gauthier (Odilas et Victorina Charbonneau). Donat (1931-1997), Fernande Thérien (Josaphat et Éva Alary).

Abondius travaille sur sa terre, aidé de sa femme et de ses enfants. Il cultive un peu de tout, y compris le lin. En plus des animaux de la ferme que tous les habitants de la terre possèdent, il a aussi un troupeau de moutons. L’hiver venu, Léontine apprend à ses filles à faire la cuisine, à filer la laine, à tricoter, à tisser le lin; enfin, tout ce qu’une jeune fille doit savoir à l’époque, y compris, bien sûr, l’éducation. Les garçons, eux, bûchent et fendent le bois pour l’hiver suivant, exécutent des travaux de réparation à la maison, aux bâtiments, en plus de faire le train. Les jeunes à l’école, les plus vieux à la besogne.

Abondius devient veuf et se remarie à Saint-Janvier, le 5 décembre 1931, avec Valentine Lebeau, fille d’Adélard et d’Alzire Piché, avec qui il a un autre enfant, Hélène (1934), Lucien Jasmin (Donat et Irène Gascon).

La fille d’Abondius, Marie-Jeanne Éthier, épouse à Saint-Janvier, le 5 octobre 1943, Gustave Rhéaume, fils d’Arthur et d’Ada Bélisle. Leur fils, Claude Rhéaume, épouse à Saint-Janvier, le 5 décembre 1970, nulle autre que moi, Lise Aubin, fille d’Hervé et de Jacqueline Labelle. Recherche: Lise Aubin Rhéaume

Lise est présidente de l’Association des artisans de Saint-Eustache, membre du conseil d’administration et calligraphe de notre société.

Claude Latour
SGSE

103, rue de Bellefeuille,
Saint-Eustache

(Québec)
J7R 2K5