Liste des chroniques

HISTOIRE DE NOS FAMILLES

Une carte qui parle!

Nous sommes en 1888, le comté de Deux-Montagnes est formé des endroits suivants: Saint-Eustache, Saint-Joseph-du-Lac, L’Annonciation, Saint-Placide, Saint-Augustin, Saint-Benoît, Sainte-Monique, Saint-Hermas, Sainte-Scholastique, Saint-Canut, Saint-Colomban et une partie de Saint-Jérôme. Il est borné au sud par le lac des Deux Montagnes et la rivière Jésus, à l’est par Sainte-Thérèse, Saint-Janvier et Saint-Jérôme, au nord-est par les Mille-Isles, au nord-ouest par Le Gore et Saint-Jérusalem-de-Lachute.

Le cadastre est en vigueur depuis le 15 juin 1882. Pour ce faire, on a dû confectionner des documents sur lesquels sont enregistrés le découpage du territoire en propriété ainsi que le nom des propriétaires des différentes parcelles. D’abord, on se sert du registre terrier de la seigneurie Dumont ou de rivière du Chêne pour commencer le travail. Puis, c’est au tour des arpenteurs-géomètres d’effectuer des relevés sur le terrain et de confectionner les cartes à l’échelle et les livres de renvoi qui les accompagnent. C’est ainsi que le cadastre du comté des Deux-Montagnes est né dans les années 1870 et 1880.

Dernièrement, un de nos membres et généreux donateur, M. Guy Duquet, nous remettait le document suivant: Carte du comté des Deux-Montagnes dans la province de Québec d’après des arpentages faits par J.-Honorius Leclair pour la confection du cadastre. Saint-Jérôme, juin 1888. Cette copie d’une carte produite à l’échelle de 200 arpents (mesure française) au pied anglais révèle les noms des propriétaires et le numéro de lot écrits dans chacune des petites surfaces qui composent la carte et représente un terrain, une propriété. Ce document semble un dérivé de la confection du cadastre. M. Leclair a vu un intérêt pour certaines municipalités d’utiliser cette carte et, à partir de ses cartes de travail ayant servi à confectionner les cadastres entrés en vigueur en 1882, il a probablement eu peu à faire pour profiler un brouillon et produire cette carte en 1888, après la naissance du cadastre. Mais quel beau document pour les chercheurs!

Où est située la terre de mon ancêtre en 1888? Quels en sont les voisins? À qui appartient la terre au trécarré? Quelles sont les terres autour du village, dans les rangs, etc.? Autant de questions, autant de répon-ses peuvent vous être révélées. Comme une photo vaut mille lots, cette carte parle. On pourrait facilement imaginer entendre les propriétaires terriens nous dire leur nom et une partie de leur histoire.

Il en est de même pour le réseau routier du comté, à la même époque, en 1888. Quels sont les chemins sinueux qui unissent les différents villages? Où sont situées les montées, les rangs simples et doubles? Où passent les rivières, où prennent-elles leur source, quelles terres arrosent-elles? Encore là, la carte de J.-Honorius Leclair nous renseigne en nous donnant tous les tracés.

Il est surprenant d’apprendre qu’une partie de Saint-Jérôme est située à l’intérieur du comté des Deux-Montagnes, et cela, après vérification auprès du bureau d’enregistrement du comté. C’est un secteur situé à l’est de Saint-Canut, près de la mine de fer de Saint-Jérôme. Qui savait qu’il y eut une mine de fer dans Saint-Jérôme même?

Notre centre de recherches possède une copie de cette carte. Elle est à la disposition des chercheurs pour consultation dans nos locaux au 103, rue de Bellefeuille, Saint-Eustache (Québec) J7R 2K5, tous les lundis, de 13 h à 16 h et de 19 h à 20 h 30, et les jeudis, de 19 h à 20 h. Vous pouvez aussi vous procurer cette carte. Pour information, téléphonez au 974-5164 aux heures ci-dessus mentionnées ou écrivez à la Société de généalogie de Saint-Eustache.

Collaboration: Constant Rivest,
a rpenteur-géomètre,

et Claude Latour