Liste des chroniques

Histoire de nos familles

Croisière sur l’Empress of France 1927

À la suite d’une demande d’information à Canadian Pacific Railway, Steamship Passenger Department, Hector reçoit le 7 décembre 1926 cette lettre:

Hector Chanpagne (1862-1941)«Cher monsieur,

En réponse à votre lettre du 4 courant, je vous adresse sous pli séparé toutes nos brochures en rapport avec la croisière Méditerranéenne de l’EMPRESS OF FRANCE ainsi qu’un plan du bateau. Si vous désirez un représentant expert...»

Le 15 janvier 1927, il annonce que son bureau sera fermé, car il part en voyage et ne sera de retour que le 15 mai suivant. Le 30 janvier, il écrit au gérant du Château Frontenac pour réserver une chambre, car il arrive à Québec par le train de 9 h 45, le mardi 1er février, sans doute pour régler certaines affaires. Dans la même missive, il y a aussi un message pour l’agent des billets de chemin de fer lui demandant de réserver un «lit d’en bas» dans le char Pullman qui laisse Québec à 22 h, le mercredi 2 février, par le Québec Central pour New York. Puis, c’est le grand départ avec son cousin et ami Évariste.

Au retour au mois de mai, Hector porte une forte barbe, pourquoi? C’est cette lettre qui nous l’apprend...

«Saint-Hermas, le 13 mai 1927,
Honorable Hector Champagne

Mon cher Hector, J’ai appris ton heureux retour au pays et la belle réception que tes citoyens t’ont faite ainsi qu’à ton compagnon. J’ai aussi appris que tu avais été victime d’un accident d’automobile et que tu nous étais revenu bien guéri, mais très barbu. Maintenant je tiens à te remercier d’avoir pensé à moi... Dr J.E. Pager Percepteur du revenu de la province (Terrebonne).»

Cet accident lui cause bien des ennuis, entre autres l’excursion à Louqsor, au Caire, qu’il n’a pu effectuer. Mais l’honorable Hector Champagne trouve le moyen de faire de l’humour en écrivant à son ami Ernest Palissier, avocat de Paris, le 21 juillet 1927. «Mon cher Ernest, J’ai reçu tes lettres du 3 mai et 11 juin dernier... Nous avons fait un excellent voyage pour revenir au pays où nous avons été reçus, on ne peut mieux, par nos compatriotes qui nous attendaient avec fanfare, adresse, etc.

Je souffre encore de ma blessure à ma joue droite... Je porte toujours la barbe, bien à contre coeur : mais, que veux-tu, il faut bien dissimuler les avaries si je ne veux pas que mon stock baisse trop... saluts et amitiés. Hector.»

Hector Champagne est célibataire. Il habite la maison Hubert-Globensky, située au 64 de la rue Saint-Eustache (en face du journal L’ÉVEIL). C’est aussi à cet endroit qu’il reçoit ses clients et électeurs, toujours prêt à les aider, soit par une lettre de référence, un encouragement ou par un don personnel.

Assez souvent, on le voit prendre des marches dans le village avec sa canne et ses petites lunettes rondes, le plus souvent vers chez son ami et cousin Évariste, qui aime bien partager sa table.

Sa bonne à tout faire et secrétaire, Rose Poirier, a toute sa confiance et s’occupe aussi bien de la maison que du bureau.

Me Hector Champagne (dit Cyrille Andgrave) a été député fédéral de Deux-Montagnes à l’Assemblée législative de 1897 à 1908, conseiller législatif libéral des Mille-Îles de 1908 à 1941 et membre du comité catholique du Conseil de l’instruction publique.

Nous reviendrons éventuellement sur les familles Champagne.

Claude Latour, Centre d’archives historiques de Saint-Eustache, 103, rue de Bellefeuille, Saint-Eustache (Québec), J7R 2K5