Liste des chroniques

AMYOT dit VILLENEUVE (suite)
François-Augustin (1734-1803), d'abord charpentier de bateau à Québec, il devint maître charpentier lui aussi et s'installa au fort de la Pointe-aux-Trembles, en l'île de Montréal. Plus tard, il s'établit sur une terre à Saint-Eustache avec Marguerite Brazeau, fille d'Étienne et Louise Picard, s'étant mariés le 27 octobre 1760. Ils eurent 4 fils et 7 filles.
François-Xavier (1775-1853), notre 6e ancêtre, se maria à Saint-Eustache le 21 février 1803, à Madeleine Chamaillard, 15 ans, lui en avait 28. Ses parents se nommaient François et Marguerite Daoust. Elle accoucha de 17 enfants avant même d'avoir 40 ans. C'est sur une ferme qu'ils s'établirent eux aussi. Tous mariés, et aimant l'aventure, leurs 9 garçons ont ensemencé des petits Villeneuve à travers le Québec et l'Ontario.
Lambert (1812-1892), le seul à laisser des descendants dans la paroisse de Saint-Augustin, avait sa ferme dans la montée Villeneuve, près du village. Ses frères et soeurs quittèrent la région. Valérie Meilleur, fille de Jean-Baptiste et Marie-Thérèse Boucher, fut son épouse à partir du 6 février 1837. Au contrat d'achat, on disait qu'il devait fournir à son père " une vache qui ne meurt pas ". Parmi leurs 8 enfants, c'est l'aîné, Aldophis, leur seul garçon, qui devint notre ancêtre.
Aldophis (1838-1920) se maria à Saint-Augustin, le 3 novembre 1863, à Célanire Corbeil, fille de Joseph et Narcisse Beauchamp. Ils eurent 6 enfants sur la Côte des Corbeil. Voici un extrait de son certificat de mariage : " Le dit Lambert Amyot donne et livre au dit Aldolphe, son fils, les meubles, animaux et effets suivants : une jument tout poil noir, attelée sur un bogué, 2 sleighs de promenade, un solqué, un attelage commun complet, 2 robes de boeufs et un oreiller de cariole ... ". De son beau-père, disait Adolphis, " il reçut la terre et la fille pour une piastre ". Célanire, fille unique, mourut le 20 juin 1872. Mais le 10 août 1873, Adolphis s'installa au P'tit Brûlé (route Arthur-Sauvé), remarié cette fois-ci à Lucie Gauthier, fille de Jean-Baptiste et Lucie Bouchard. Ils eurent 8 autres enfants, dont Ludovic.
Ludovic (1881-1973), Ernest et Joseph étaient les trois frères voisins au P'tit-Brûlé. Ainsi, ils se rendaient service en travaillant ensemble ou en s'échangeant de l'ouvrage, comme par exemple pour " faire boucherie " ou encore " presser de la paille à la broche " dans les granges durant l'hiver afin de la vendre aux Américains sur les " gros chars ". Aussi, lorsque la pendule s'arrêtait, les enfants " allaient chercher l'heure " chez le " mon oncle " à côté. Le 29 juin 1909, il se maria à Valentine Bélanger, fille de Pierre et Azéline Touchette. Ensemble, ils ont élevé 13 enfants sur une ferme que son père lui avait achetée avant son mariage.
Rolland (1913-?) était lui aussi producteur agricole sur la ferme paternelle. Il se rappelle que son père, en allant porter le lait à la beurrerie, amenait la marmaille à l'école dans sa charrette à springs lorsqu'il " faisait mauvais ". Il épousa Cécile Aubin, fille d'Alcide et Élizabeth Lachaîne, à Saint-Benoît, le 21 septembre 1939. Ils eurent 15 enfants à leur tour. Ce sont mes parents et ils sont encore bien vivants.
Depuis une soixantaine d'années environ, le patronyme Amyot a été délaissé progressivement au profit de celui de Villeneuve.
Daniel Villeneuve, SGSE,
L'Éveil, le 21 mars 1998