Liste des chroniques

OUELLET

Quelle peut être la véritable raison qui incite un jeune homme dans la fleur de l’âge à quitter son payas natal et immigrer vers un continent presqu’inconnu appelé alors Nouvelle-France ? Serait-ce à cause des troubles dans le royaume de Louis XIV ou d’une dispute avec ses parents ? On ne le saura jamais

René Hoallet est né en 1639 de François Hoallet, régisseur à la cour du roi de cinq grosses fermes de France et d’Élisabeth Barré, parents bien nantis financièrement. Toujours est-il qu’il arrive à Québec vers les 1660.

Le 8 mars 1666, René se marie avec Anne Rivet, veuve de Grégoire Hisse, à Notre-Dame de Québec. Trois fils naissent de cette union : Joseph, Mathurin-René et Grégoire. Devenu veuf en 1675, René se remarie avec Thérèse Mignot, veuve de Nicolas Lebel, à Rivière-Ouelle en 1679. En plus des trois fils de son mariage précédent, deux garçons et quatre filles naissent de cette union : Sébastien, François, Thérèse, Françoise, Marie-Anne et Marie.

Celui qui nous concerne le plus est François. Né le 28 octobre 1693 à Grande Anse, il unit sa destinée à Marie-Anne Bouchard, fille de François Bouchard et de Marie-Anne Valière dit Lavallée,. à Petit Kamouraska, le ler août 1717. Avec douze de ses enfants, tous nés à Kamouraska, il achète une terre à Saint-Vincent-de-Paul, île Jésus, vers les 1745. Le fait que François habite cette région aide par ses enfants à perpétuer le nom de Ouellet, soit à L’Assomption, Repentigny, Saint-Laurent, Saint-Vincent-de-Paul, Sault-aux-Récollets, etc.

François-L’Ange, fils de François, engage son avenir avec Madeleine Rouleau, fille de Louis Rouleau et de Jeanne Plouffe, à Sault-aux-Récollets, le 5 novembre 1752. Six garçons et quatre filles naissent de cette union. Deux des garçons meurent très jeunes et n’ont pas de descendance. Trois filles et trois garçons se marient à Saint-Eustache de 1780 à 1798. Ces enfants sont : Félécité, mariée à Antoine Gaulin, Saint-Eustache, le 4 janvier 1781, Louis et Catherine Dumas; Gabriel marié à Marie-Josephte Biroleau, Saint-Eustache, le 26 juillet 1785, Joseph et Félécité Devoyau; Michel marié à Marguerite Boniface, Saint-Eustache, le 23 janvier 1788, Étienne et Marguerite Léonard, remarié à Marie-Anne Asselin, Saint-Eustache, le 24 septembre 1798, Jean-Baptiste et Anna Gadorette dit Toutant; Louis, marié à Geneviève Larioux, Saint-Eustache, le 28 janvier 1788, Alexis et Madeleine Bélec; Angélique, mariée à Toussaint Abram, Saint-Eustache, le 19 octobre 1790, veuf de Marie Roy; Thérèse, mariée à Louis Larocque, Saint-Eustache, le 19 octobre 1790.

Leur descendance se dirige vers Lachute, Oka, Saint-Benoît, Saint-Philippe d’Argenteuil, Sainte-Scholastique, Saint-Augustin, etc., jusqu’à Ottawa.

Dans notre région, nous avons les familles suivantes : Abram, Asselin, Biroleau dit Lafleur, Boniface dit Aubé, Bouchard, Clément dit Larivière, Dumas, Filiatreault, Gaulin, Gariépy, Goyet, Guay, Landry, Larioux dit Larieu, Larocque, Marineau, Meilleur, Paquet, Pelletier, Perron dit Desnoyers, Saintonge, Saint-Pierre, Rollin, etc., qui sont de près ou de loin associées par le sang à la famille Ouellet.

Gabriel, frère de François-L’Ange, unit sa destinée à deux reprises, avec Hélène Boucher puis avec Angélique Charbonneau. Un de ses fils, Joseph, se marie avec Marie-Josephte Monette et aide à répandre le nom de Ouellet vers les Laurentides, de Sainte-Thérèse jusqu’à Mont-Laurier et ses environs.

Aujourd’hui, nous pouvons figurer de 20 000 à 25 000 descendants de René Hoallet en Amérique du Nord, portant le nom de Ouellet, Ouellette ou Wellet.

Sans ta venue en Nouvelle-France, mon cher René, beaucoup parmi nous ne serait pas de ce monde. Tout un patrimoine.

Si vous désirez de plus amples renseignements sur les familles Ouellet(te), contactez Jean-Paul Dumas de la Société de généalogie de Saint-Eustache.

Recherche : Jean-Paul Dumas, S.G.S.E. L’Éveil, le 22 novembre 1997