Liste des chroniques

FAMILLE THÉORÊT

 

Le premier ancêtre de la famille Théorêt en Amérique est Jacques Triolet dit Larivière, fils de Georges Triolet, maître-boulanger, et de Catherine Pilorquay. Il est né à Dinan, au nord de la Bretagne, en 1658. À l’âge de 29 ans, Jacques Triolet arrive en Nouvelle-France comme soldat de la marine avec le régiment du capitaine François Le Verrier de Cousson. Celui-ci et ses compagnons sont chargés de combattre les Iroquois qui attaquent à maintes reprises les colons au début de la colonisation.

Première génération : Jacques Triolet prend pour épouse le 14 mars 1701 à Lachine Marie Roy, fille de Jean Roy et de Françoise Boette. Ils sont parmi les premiers habitants de Pointe-Claire. Sept enfants sont nés de cette union. Jacques est inhumé à Pointe-Claire le 31 juillet 1728.

Deuxième génération : Jean-Baptiste Triolet, né en 1707, épouse le 17 juillet 1731 à Pointe-Claire Marie-Marthe Cholet, fille de Sébastien Cholet et de Anne Hard. Il devient veuf et se remarie en 1752 avec Madeleine Daoust.

Troisième génération : Jacques-Amable Triolet, né en 1735, prend pour épouse Marie-Louise Barbary le 24 octobre 1760 à Pointe-Claire. Ils ont trois enfants. Devenu veuf, il épouse Catherine Lefebvre le 25 mai 1767, Ils ont 11 enfants, mais 7 meurent en bas âge. Jacques-Amable acquiert une terre à l’Île-Bizard en 1758, avec une maison de 22 pieds par 15 faite de pieux de cèdres, couverte de paille et d’écorce, avec une cheminée de terre et aussi une vieille grange. Dans l’étable, il y a 4 cochons, 4 bœufs, 3 taures, 2 vaches, 10 juments, 10 moutons et un veau de lait ainsi qu’une charrue.

Quatrième génération : Joseph Triolet (1763-1844) épouse le 27 janvier 1784 à Sainte-Geneviève Marie-Josep^h Massy. Il achète une terre au nord de l’Île-Bizard. Ils ont 14 enfants dont la moitié sont décédés en bas âge.

Cinquième génération : Joseph Théorêt (1793-1873) épouse Angélique Paiement le 22 juin 1812. Le couple a 14 enfants à Sainte-Geneviève.

Sixième génération : François-Xavier Théorêt (1822-1898) prend pour épouse Émilie Meloche le 10 juillet 1848 à Pointe-Claire. Ils s’installent sur une terre à Saint-Eustache. Six enfants sont nés de cette union : Élise, Mélina, Siméon, Aldéric, Élodie et Eustache.

Septième génération : Siméon Théorêt se marie le 11 juin 1883 à Saint-Eustche à Malvina Charrette, fille d’Augustin Charrette et d’Esther Laurin. Leurs enfants sont Edmond, Émile, Dumontine, Lucien et Lucienne.

De nombreux fils et petits-fils des premiers colons de l’Île-Bizard achètent des terres au nord du lac Deux-Montagnes pour la coupe de bois. L’hiver, ils traversent sur la glace à Pointe-Calumet et abattent des arbres, puis les terres sont prêtes à défricher et cultiver au printemps. Les gens de l’Île-Bizard ont colonisé Saint-Joseph-du-Lac, Saint-Benoît et le Grand-Brûlé. C’est ainsi que les familles Théorêt traversent à Saint-Eustache pour s’établir rang du lac. Ils sont isolés, les voisins sont loins, il n’y a pas d’école et l’église est à cinq milles (10 kilomètres). Le rang du lac abritera des familles Théorêt, Binette et autres…

(Le premier ancêtre porte le nom de Triolet dans les registres paroissiaux. On lit aussi Tréhoret et de là Théorêt).

 

Source : Famille Armand Théorêt

Recherche : Monique Renaud, S.G.S.E L’Éveil, le 15 novembre 1997