Liste des chroniques

GAUTHIER

 

Avec les Tremblay et les Gagnon, la famille Gauthier est líune des plus grandes familles à avoir pris racine en Nouvelle-France.

Ces hommes et ces femmes dont le patronyme est un ancien prénom auquel on donne parfois le sens de bûcheron et díautres fois, le sens de gouverneur ou de chef, sont partis de tous les coins de France.

De tous ces ancêtres, attardons-nous à Jacques Gauthier, de la paroisse Saint-Viviens, Rouen, Normandie, fils de Simon et de Marie Aubé. Jacques quitte le vieux pays pour venir síétablir en Nouvelle-France à líété 1665. Après six ans passés au pays, Jacques décide de fonder un foyer.

Sur le territoire de Sillery vit une famille au nom quelque peu aristocratique par sa résonance, celle díÉtienne de Nevers dit Brantigny (aujourdíhui Boisvert) et díAnne Hayot, famille de cinq enfants dont Élisabeth-Ursule.

Le 11 septembre 1672, à Sillery, Jacques épouse donc Élisabeth-Ursule de Nevers.

" Les parents díÉlisabeth-Ursule donnent, comme cadeaux, deux cents francs ou bons, effet ayant cours ici, et un habit de noces. Le grand-père Thomas Hayot ajoute trente livres dans la corbeille de la fiancée. "

Jacques et Élisabeth-Ursule ont neuf enfants.

2e génération : Jean-Baptiste marié à Catherine Lemay, le 18 novembre 1714 à Sainte-Croix de Lotbinière.

3e génération : Joseph marié à Marie-Anne Saucier, le 12 août 1748 à Louiseville.

4e génération : Jean-Baptiste marié à Louise Amyot, le 7 janvier 1783 à Pointe-Claire.

5e génération : Augustin marié à Catherine Pilon, le 16 janvier 1809 à Saint-Eustache.

6e génération : Jean-Baptiste marié à Lucie Bouchard, le 2 juillet 1838 à Saint-Eustache.

7e génération : Joseph, marié à Mélina Amyot Villeneuve, le 15 octobre 1877 à Saint-Augustin.

De cette union, six filles et six garçons sont nés à Saint-Augustin (côte des Bouchard), dont Joseph fils, mon grand-père.

8e génération : Joseph, marié à Marie-Anne Filion, le 15 février 1904 à Saint-Augustin.

La vie de Joseph est celle díun défricheur, díun cultivateur. Il trime dur et longtemps pour subvenir aux besoins de sa famille.

Il quitte son village et achète une terre dans le rang Saint-Joachim à Saint-Benoît de Joseph Bérichon. La famille a un enfant, Patrick, et, avec les années, la famille síagrandit avec Édouard, Philippe, Cécile, Donat, Euclide, Dolorès, Doris et Harris.

Marie-Anne Filion décède le 20 juin 1920 et Joseph se remarie le 10 avril 1923 à Saint-Benoît à Alexandrine Girard. De cette union, naissent Jean-Paul, décédé en bas âge, et Maurice.

Grand-mère Alexandrine, cette épouse et mère dévouée et généreuse, seconde son mari dans les travaux de la ferme. Elle boulange, tisse, tricote bas et mitaines. À travers tout cela, Alexandrine prend soin de sa famille. Hommage à elle.

Aujourdíhui, Doris et Maurice sont encore avec nous. La maison paternelle est habitée et est bien conservée par Maurice et Lucille Lécuyer et demeure un symbole de líhistoire de la grande famille de Joseph Gauthier.

Les Gauthier de Joseph et Mélina Amyot Villeneuve, de Joseph fils et Marie-Anne Filion, de Joseph fils et Alexandrine Girard, sont intimement liés à líhistoire de Saint-Augustin, Saint-Benoît, Saint-Eustache, car nombreux sont les Gauthier qui y demeurent.

Source : Nos Racines, tome 38

Nos ancêtres, tome XI, page 49

Recherche : Monique Gauthier-Renaud, S.G.S.E. LíÉveil, le 18 octobre 1997