Liste des chroniques

LA GÉNÉALOGIE

 

La généalogie, c’est l’art ou la science de la recherche afin de retrouver ses ancêtres. Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Qui étaient nos ancêtres ? Quel métier pratiquaient-ils ? Qu’ont-ils laissé que l’on peut retrouver aujourd’hui ? Voilà beaucoup de questions que l’on peut se poser et pour chacune d’elles, il y a des réponses.

Le plus facile, c’est de remonter ses ancêtres jusqu’au premier arrivé en Amérique ou en Nouvelle-France. Les premières sources d’information sont d’abord nos parents, nos grands-parents (si on les a encore) et, enfin, la parenté (oncles, tantes, cousins, cousines). Il ne faut pas avoir peur de les questionner sur le sujet. Les renseignements qu’ils vous donneront seront d’une grande utilité, même s’ils semblent très anodins aujourd’hui. Ce sont eux qui sont les mieux placés pour vous mettre sur la bonne voie. Ramassez tous les vieux documents que vous pouvez trouver (vieilles photos, certificat de baptême, mariage, décès, etc.), ce sont les traces qu’ils ont laissées pour vous.

Quand vous avez fait tout cela, vous aurez complété trois ou quatre générations, presque la moitié du chemin de fait, et vous n’aurez qu’à vous présenter à un centre de recherche en généalogie (votre bibliothèque) afin de compléter votre lignée ascendante.

Même si vous n’avez que les dates, leur métier mentionné à l’acte de mariage, vous pouvez maintenant retrouver les dates de naissance et de décès de chacune des personnes ainsi que leur occupation (ce n’est pas obligatoire, mais c’est un peu plus compliqué). Les répertoires des naissances et des décès sont plus rares. Heureusement, quelques sociétés de généalogie (il faut être membre) en possèdent.

Vous pourrez établir avec l’aide de " parchemin ", un service informatique regroupant les contrats notariés du Québec ancien, les relations qu’ils avaient avec leurs voisins, s’ils possédaient une ou plusieurs terres, quand ont-elles été achetées ou vendues et à quelles conditions. Vous y trouverez les contrats de mariage, car personne ne se mariait alors sans un contrat signé devant notaire.

Notre propre centre de recherche, en plus de contenir une quantité importante de livres et de documents sur notre histoire, possède plus de 600 volumes et documents de référence sur la généalogie (dictionnaire, répertoires et paroisses, etc.).

De plus, les Archives nationales du Québec sont une source pratiquement intarissable de renseignements et accessible à tous les généalogistes.

Avec tous ces documents et plusieurs autres que nous n’avons pas énumérés, vous pourrez sûrement reconstituer la petite histoire de votre famille. Elle n’a pas besoin d’être extraordinaire ni grandiose, ce sera juste la vôtre et vous en serez fier.

Serge Corriveau L’Éveil, le 4 octobre 1997